Pages Navigation Menu

Naturopathe en médecine fonctionnelle spécialisée dans les maladies intestinales, chroniques et auto-immunes

Le prix de mon ambition

Pensez à laisser un commentaire pour m'aider à me faire connaître. Merci de tout cœur!

Avant mon expatriation

Je me revois tenant mon plus jeune de moins d’un an d’un bras qui pleure sans cesse car il fait du reflux tout en essuyant de l’autre main le pipi de notre bébé Labrador qu’on tente de mettre propre pendant que je parle au téléphone que je maintien en place l’aide de mon menton et mon épaule pour parler avec une de mes employés pendant que mon plus vieux de 2 ans tire sur mon pantalon pour attirer mon attention car il veut sa suce !!
J’ai 32 ans et je suis propriétaire d’un centre de mieux-être qui offre des cours de mise en forme intérieurs et à l’extérieur, des cours de yoga en plus des consultations de nutrition que j’assure moi-même;

ambition

Mon centre remporte un beau succès du moins en nombre de participations car je vis les contre-coups d’une crise économique qui fait mal à mon portefeuille et qui taxe ma santé. Le centre affiche plus de 1000 membres et engage environ 5 employés et 20 à 30 sous traitants selon les saisons.

Je passe souvent dans les journaux et lorsque je croise les gens tous me félicitent et me dise qu’ils sont épatés de mon succès et que je peut être fière d’avoir réussi dans la vie et à un si jeune âge !!
Je ne peux pas dire que cela ne flatte pas mon ego car quand j’en parle mon menton trouve la force de se relever un peu car je suis fière de ce que j’ai accompli.

Lorsque j’ai débuté à titre de simple entraîneur privé, mon entreprise qui n’avait que 6 clients et a fleurie de façon exponentielle durant ces 10 ans d’exploitation à la mesure de ma grande ambition.

Déjà, je réalise que je ne mesure pas ma réussite selon les mêmes critères qu’eux et que je doute du retour sur l’ investissement dans ma vie personnelle.

Ces derniers voient en moi le succès en comptant le nombre de participants et le nombre de fois où je fais la une dans les publications locales.

Alors que moi au bord du rouleau je le compte en nombre de cheveux que je perds
ou les couches de cache cerne que je dois appliquer pour cacher mon sommeil déficitaire depuis plusieurs trimestres ou encore en fonction du nombre de fois que je me met à pleurer comme une fontaine conditionné comme le chien de pavlov chaque fois que le téléphone sonne.

En effet, mon énergie est sur le bord de la faillite à cause du stress financier et de gestion que comporte la vie de femme d’affaire jumelé à la demande d’une maman de deux jeunes enfants nés par césarienne en plus.
J’ai perdu beaucoup de sang et mon taux d’hémoglobines est pas mal plus bas que le taux de mes prêts bancaires.

Je suis épuisée au point tel que j’angoisse juste à l’idée d’aller porter les enfants à la garderie et de me rendre au 2 e étage. Je suis essoufflée car j’affiche un surplus de poids qui pèse presque aussi lourd que le poids des responsabilités qui m’incombe (ironique pour une entraîneur sportive et coach de nutrition) et en plus je n’ai même plus assez de force pour soulever le siège de bébé de voiture plus de 2 minutes!!

Malgré tout, menée par mon ambition inassouvie, je poursuis tout de même mon travail à titre de chef d’entreprise et je travaille même à l’expansion de mon centre!

Puis peu de temps après, je remporte le prix de femme d’affaire de ma région sous les yeux de plusieurs centaines de personnes dont mon conjoint. Il a assisté au gala et a vu la qualité des autres gens d’affaire en nomination et je crois qu’il a réalisé que j’étais pas mal appréciée et connu dans le milieu des affaires.
Au moment ou l’on annonce mon nom comme grande gagnante, il semble très surpris et ébahis à la fois puisqu’il me dit:

Wow je ne savais pas que c’était si gros ton affaire , Bravo ma blonde je suis fier de toi, vraiment !

Puis quelques jours plus tard, mon père partage cette fierté à mon égard et me dit qu’il allait montrer la découpe de presse à ses amis et la garder précieusement comme un trésor.

Alors le lendemain matin,  j’entre au centre sans trop de passion et je m’asseois à mon bureau de direction.

Quoi que je n’ai pas travaillé du tout cette journée la, elle fût l’une des plus productive ou significative dans ma vie.
La pleine conscience m’éveille sur la performance et je me demande pourquoi je rame si dur à la surface pour prouver que je  vaut la peine d’être aimé mais que dans le fond je suis même pas capable de m’aimer.
Puis, tout bonnement je me dit que ça y est, je n’ai plus envie de poursuivre cette mission trop grande et pour laquelle je m’investit et me dépense trop depuis trop longtemps.

Je viens de prendre conscience à ce moment de la que derrière mon ambition démesurée des 10 dernières années se cachait le désir secret de vouloir plaire et de prouver que j’étais bonne en particulier à mon père et mon amoureux.
Je n’en ressent plus le désir ni le besoin à partir de maintenant.

Je décide que je veux arrêter tout ça et mettre la clef dans la porte mais je n’arrive pas à tout abandonner du moins pour le moment.





Vous aimerez aussi:

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow ! 

Boosté par WP-Avalanche
error: Contenu protégé. Merci de ne pas copier!!
Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Google PlusVisit Us On Youtube